couv72757892

 

Résumé

Mardi 31 janvier, 7 h 22. Il fait encore nuit à Ôstergôtland. Cet hiver est l'un des plus froids que l'on ait connus en Suède. Ce matin-là, Malin Fors et ses collègues de la criminelle découvrent un cadavre, nu et gelé, pendu à une branche d'arbre. Mais comment diable cet homme a-t-il atterri ici ? Meurtre ? Suicide ? Et d'où viennent ces étranges blessures qui recouvrent son corps ? D'indice en indice, de nouveaux personnages apparaissent : les trois frères d'une certaine Maria, suspectés de viol ; Joakim et Markus, deux adolescents pas très nets ; Valkyria et Rickard Skoglôf, deux marginaux adeptes de cultes vikings. Les policiers sont perplexes... 

 

Impressions

 Première aventure de Malin Fors, et une nouvelle plongée pour moi dans le roman nordique. Si je ne suis pas une fan inconditionnelle, j’aime bien de temps en temps me plonger dans l’atmosphère froide de ce genre.

 Ici, j’ai quand même eu un temps d’adaptation au style de l’auteur. Le début du roman est assez lent, je me suis demandé où est-ce que ça me mènerait. Mais au bout d’une cinquantaine de pages, je me suis prise au jeu, j’ai cherché avec Malin les raisons du meurtre, j’ai suivi avec intérêt l’enquête et les évolutions des personnages.

Car Malin Fors est très attachante dans son genre. Tenace,  impulsive, elle élève seule sa fille, qu’elle a eu beaucoup trop jeune. Leur relation est pleine de complicité, que j’ai trouvé rafraichissante après tous ces polars où les flics mènent une croisade contre leurs ados. Tout au long du récit, Malin fait ses preuves, nous invite à visiter les coins les plus reculés de sa ville, apporte un rythme à l’ensemble par son dynamisme et sa volonté. (Bon je ne vous cache pas qu’au début, je croyais que c’était un homme … ^^). Aidée des autres flics, dont les noms m’ont totalement embrouillés (je ne suis pas fan des « ö », « sp », « g » … mais ils sont aussi très sympas, ne vous y fiez pas ^^), elle rencontre des marginaux, des gamins déphasés, des bureaucrates … L’intrigue ne souffre d’aucun temps mort une fois plongé dedans, et j’ai adoré le double point de vue développé dans le roman : d’un côté le point de vue omniscient, à travers lequel le lecteur voit l’enquête se dérouler ; et le point de vue du mort, qui, sans révéler l’identité du coupable (ce serait trop idiot, voyons !), amène une aura sensible, décalée.

Je me suis parfois perdue dans les points de vue, car si on suit Malin, les digressions vers d’autres personnages sont également présentes. Mais cela est dû à un problème de mise en page, des paragraphes peut-être pas assez marqués … Toujours est-il que j’ai adoré cette lecture, par son côté typiquement nordique, sa ville endormie sous la neige et son enquête bien ficelée menée par des personnages sympathiques. Le second tome, « Eté », rejoindra à coup sûr ma PAL !